2015-2016Vous pensiez que 2015 avait été une « annus horribilis » (cf. SM Elisabeth II) ? Et bien, malgré les blessures des attentats de novembre, il existe bien des raisons d’avoir un jugement plus positif et, même, nourrir quelques espoirs pour 2016.

C’est en tout cas le jugement de We Demain, soulignant la résilience de la société française, la riposte des voyageurs du Thalys, mais aussi la signature de l’accord à la COP 21, l’élection de Justin Trudeau au Canada, celle d’Aung San Suu Kyi en Birmanie, autant de signaux montrant que le monde connaît également quelques heureux présages…
Selon We Demain nous pouvons aborder 2016 avec un « optimisme raisonnable« .

Mais, comme le dit le philosophe André Comte-Sponville :« Les optimistes ont bien de la chance. Les pessimistes, bien du travail. Que les premiers n’oublient pas d’être prudents, ni les seconds d’aimer la vie ».

Consultez l’article de We Demain en cliquant sur ce lien.

Mais ce journal n’est pas le seul à voir l’avenir plus rose que les récents événements pourraient le laisser présager. Atlantico avait publié, dès le 1er janvier un article sur les motifs d’espoir que pouvait faire naître la nouvelle année. Il y était notamment question des prévisions de croissance des principaux organismes (BCE, INSEE) laissant augurer une meilleure conjoncture à la fois pour l’économie et, surtout, pour le chômage, du retour de l’Iran sur la scène internationale, sur la signature de l’accord obtenu à la COP 21, des progrès dans la médication contre le cancer, …

Voyez l’article d’Atlantico (cet article étant réservé aux abonnés, Soyons confiants vous l’offre… à titre d’étrennes).

Trop optimistes ces journaux ? L’avenir nous le dira. Mais, en attendant, abreuvons-nous aussi des espoirs qu’ils éveillent en nous.

Publicités