Monnaie agent devise billet dollar euros bourse résultat finance« French bashing » ou pas, les affaires sont les affaires.

Et, preuve que la situation s’améliore et que le climat des affaires est satisfaisant, nos amis entrepreneurs anglo-saxons retrouvent (l’avaient-ils réellement perdu ?) le goût des projets « made in France ».

Business France, l’opérateur public national au service de l’internationalisation de l’économie française, nous apprend ainsi que ces investissements sont globalement en hausse de 8%, grâce à l’Allemagne, l’Italie et le Royaume-Uni.
Par exemple, le nombre de projets issus de ce dernier pays a bondi de… 219% (vous avez bien lu : 219%, soit 3 fois plus de projets).
Cette hausse est de 34% pour les projets venus des USA (après, il est vrai, une baisse de 21% en 2013).

Certes les fâcheux argueront du fait que ces projets sont moins créateurs d’emplois qu’auparavant. Business France l’explique par des projets plutôt « orientés vers la R&D et l’ingénierie ainsi que l’établissement de quartiers généraux de grands groupes« . Ces emplois sont donc moins nombreux, mais à haute valeur ajoutée et ils sont susceptibles d’induire d’autres emplois dans le futur.

Lisez l’article de L’Usine Nouvelle à ce propos.

Publicités